05.07 2017
Image Abilio Diniz

Abilio diniz

Abilio Diniz, une volonté permanente d'investir

Peninsula multiplie par deux sa prise d'actions dans le capital de Carrefour France, l'entreprise d’Abilio Diniz (Site web Abilio-diniz) devient le 4e actionnaire du géant de la distribution avec 5,07% des actions. l'homme d'affaires dédie son temps à Brasil Foods et recherche de nouveaux investissements depuis son départ du groupe GPA. Abilio Diniz prend la présidence du conseil d’administration de BRF (Brasil Foods), un leader de l'agroalimentaire en 2013.

La collaboration avec Casino, une aventure inaccomplie

Abilio Diniz cède 1 Mi$ d’actions au groupe Casino et promet de laisser la tête du Grupo Pão de Açúcar sept années plus tard à Jean-Charles Naouri, le directeur général de Casino. En septembre 2013, un accord à l'amiable conclu avec le groupe Casino lui donne la possibilité d’être libéré de sa clause de non-concurrence et de pouvoir investir dans n’importe quel secteur économique. GPA renoue avec son équilibre financier après la crise et commence à parler de collaboration avec Casino. Il doit faire face à la concurrence du géant français Carrefour au Brésil. En 2012, Casino a la main mise sur Grupo Pão de Açúcar. C’est la désunion puis l'année suivante le départ d’Abilio Diniz du conseil d’administration.

Abilio Diniz se revendique comme protagoniste d’un "capitalisme responsable", un mouvement fondé aux États-Unis et qui préconise le contentement et la stimulation des collaborateurs dans les sociétés. Ancien joueur de foot, ayant par ailleurs exercé la capoeira et la musculation, le chef d'entreprise est un sportif accompli qui débute chaque jour par du sport. Vouant un culte à Sainte Rita, la sainte des situations désespérées, Abilio Diniz est catholique pratiquant.

Des difficultés qui modèlent le caractère du chef d'entreprise

Le le groupe d'Abilio Diniz rencontre d'importantes difficultés financières au début des années 1990, en pleine crise économique. Le patron déploie un plan de sauvetage drastique permettant de sauver le groupe Pão de Açúcar, qui vend ses activités dans la péninsule lusitanienne, licencie 20 000 collaborateurs et ferme 1/3 de ses supermarchés. Il participe au Conseil Monétaire National alors que le pays connait une période d’hyperinflation, à la fin de la décennie 80. Au milieu de la décennie 90, Abilio Diniz ouvre le Grupo Pão de Açúcar aux investisseurs. GPA arrive à être le n°1 de la distribution dans le pays après qu'il ait commencé une période d’acquisitions.

Selon le magazine "Forbes", le patrimoine d’Abilio Diniz est estimé à 3,7 milliards de dollars et fait de lui la 10e fortune du sous-continent brésilien. Ayant comme objectifs d’améliorer la performance des services publics et de rendre concurrentielles les entreprises brésiliennes, la Chambre de Politique et de Performance et compétitivité accueille l'entrepreneur au cours de l'année 2011. Selon l’hebdomadaire brésilien "Epoca", il fait partie des 100 hommes les plus influents au Brésil. Sur le sous-continent brésilien, l'un des personnages les plus fascinants est Abilio Diniz.

Enfant, il a pratiqué les arts martiaux afin de ne plus être un souffre-douleur. de la crise de 1929, la famille d’Abilio Diniz, d’origine portugaise, est partie pour le Brésil. Aux Etats-Unis, Abilio Diniz veut se perfectionner en économie.